Ballades Sonores, Paysages Sonores, Paysages en Echo | Ötrema

Les Ballades Sonores à Bordeaux

Cet été )ö( O-tréma etait  partenaire du projet  créé par l’Association Pétronille « Les Ballades sonores« , ou « Paysages en Echo » dans le cadre de l’été métropolitain. Cinq sites ont été choisis, une invitation à la promenade visuelle et auditive. Les ballades sonores proposent  au public une relecture de sites singuliers du paysage bordelais, invitant l’immersion auditive par un dispositif spécifique de créations sonores.

Créations sonores de Marie-Laure Wiel

Partenaires : association Pétronille Patrimoine et Découverte, Mémoire de Bordeaux Métropole

Quelques extraits des ballades sonores :

Get the Flash Player to see the wordTube Media Player.

Pour vous inscrire, rendez-vous directement sur le site de l’été Métroplolitain quelques jours avant les ballades. ici

La Ligne a petite vitesse

Une ancienne ligne de chemin de fer abandonnée : rien de tel pour remonter aux temps de l’aventure du rail et expérimenter, par l’écoute et la flânerie, les projets d’aménagement en cheminement doux.

Les jardins suspendus de la Base Sous Marine

Malgré la force du béton, les terrasses de la Base sous-marine accueillent une vie végétale et animale insoupçonnées.Ce décalage produit un étrange dépaysement à la fois ravissant et inquiétant à voir autant qu’à écouter.

les Inscriptions étaient à partir du 21 Juillet  : ici

Microcosmos,

Rencontre avec le monde grouillant et foisonnant des insectes qui peuplent nos parcs et jardins. Pour les approcher, des dispositifs de grossissement : écoute amplifiée, interprétation sonore et observation à la loupe.

Les Jardins de Mériadeck

Une invitation à redécouvrir Mériadeck par l’archéologie sonore, de quoi renouer avec les bruits et les ambiances de ce quartier populaire et cosmopolite disparu au nom de la modernité et du progrès.

Faire un tour du Lac
Parcourir les berges du lac de Bordeaux, c’est voyager à travers l’histoire de l’architecture, découvrir ses usages saisonniers, s’étonner des formes qu’y ont pris la flore et la faune. Le sauvage n’est jamais loin derrière le régulier.